Encyclopédie française

      French
Mer Méditerranée
  4.942 K 1 year ago 17 hours ago
La mer Méditerranée (prononcé [me.di.tɛ.ʁa.ne]) est une mer intercontinentale presque entièrement fermée
/assets/contentimages/Mitelmeer_gross.jpg

La mer Méditerranée (prononcé [me.di.tɛ.ʁa.ne]) est une mer intercontinentale presque entièrement fermée, bordée par les côtes d'Europe du Sud, d’Afrique du Nord et d’Asie de l'Ouest, depuis le détroit de Gibraltar à l'ouest aux entrées des Dardanelles et du canal de Suez à l'est. Elle s’étend sur une superficie d’environ 2,5 millions de kilomètres carrés. Son ouverture vers l’océan Atlantique par le détroit de Gibraltar est large de 14 kilomètres.

Elle doit son nom au latin « mare Mediterraneum »1, qui désigne une « mer au milieu des terres ».

Durant l’Antiquité, la Méditerranée était une importante voie de transports maritimes permettant l’échange commercial et culturel entre les peuples de la région — les cultures mésopotamienneégyptiennepersephéniciennecarthaginoiselibyennegrecqueétrusque, et romaine. L’histoire de la Méditerranée est importante dans l’origine et le développement de la civilisation occidentale.

Histoire

Le bassin méditerranéen est riche d’une histoire complexe et ancienne. Elle est le berceau de l'agriculture, et de nombreuses civilisations, moyen-orientales mais aussi européennes, africaines et asiatiques. L’Antiquité connaît un foisonnement de civilisations diverses comme les Égyptiens, Mésopotamiens, Hébreux, Hittites, Grecs ou Phéniciens. Puis, de grands empires se constituent et luttent pour prendre le contrôle des côtes de la mer Méditerranée : la GrèceCarthage et Rome sont bien connus pour la domination exercée par leurs vastes empires autour du bassin méditerranéen ; cependant l'Empire romain sera le premier à unifier l'intégralité du bassin méditerranéen dans une unique entité politique, lui faisant gagner une certaine homogénéité culturelle, scientifique et technique. Ces empires contribuèrent également, par la mise en communication des peuples des différentes rives du bassin, au développement du commerce maritime. Après la division de l'Empire romain vers 395, le bassin occidental entre rapidement en décadence et se retrouve divisé entre plusieurs tribus goths plus ou moins fédérées (notamment les vandales), tandis que le bassin oriental, soumis à l'Empire byzantin, subit la concurrence à partir du viie siècle du califat arabo-musulman. Mais ce sont les croisades des Francs qui mettent fin à la prospérité de Byzance avec le « sac de Constantinople » en 1204 : l'empire ne s'en relèvera pas, et après avoir été encore plus affaibli par la concurrence des républiques maritimes de Venise et Gênes puis des épidémie de peste, Constantinople cède au siège des Turcs en 1453, et devient Istanbul, bientôt capitale du nouvel empire ottoman.

En Méditerranée occidentale et centrale, Venise reprend progressivement le flambeau maritime de l'Empire d'orient, puis monte en puissance au xive siècle, lorsque la « Bourse du Rialto » facilite l'échange des parts de navires, le développement d'une flotte commerciale, et le quadruplement de la superficie de l'Arsenal de Venise, mené par les autorités de la ville. La rivalité avec Gênes, autre grande cité maritime, favorise aussi le commerce, avant que la découverte des Amériques puis la nouvelle Route des Indes (contournant l'Afrique) ne déplacent progressivement le centre de gravité commercial de l'Europe plus à l'Ouest, entraînant un déclin de l'importance géostratégique de la Méditerranée pendant plusieurs siècles.

Un événement redynamise cependant le commerce maritime en Méditerranée à partir de 1869 : le percement du canal de Suez, qui permet à la Méditerranée de reprendre l'ascendant sur le commerce entre Europe et Asie par rapport au fastidieux contournement de l'Afrique. Cependant, les navires de cette époque, beaucoup plus autonomes, ont besoin de moins d'escales, et contribuent nettement moins à la prospérité des cités portuaires méditerranéennes, même si l’Égypte, qui perçoit une taxe sur la canal, est la grande gagnante de cette innovation (d'où une longue guerre d'influence entre France et Angleterre sur ce pays, puis la nationalisation du canal par le président Gamal Abdel Nasser en 1956).

L'empire ottoman s'écroula au cours de la Première Guerre mondiale et ses possessions furent rapidement partagées entre la France et la Grande-Bretagne, ne laissant que la Turquie, sous la forme d'un nouvel État. C'est alors brièvement l'Angleterre qui est la première puissance méditerranéenne, rivale de la France, grâce à ses possessions au Moyen-Orient, à Gibraltar, ainsi qu'aux îles de Malte et Chypre. Ces empires coloniaux ont constitué les derniers exemples d’États transméditerranéens, faisant la gloire éphémère de cités comme Marseille, porte de l'Empire. Mais avec la vague des décolonisations qui suit la Seconde Guerre mondiale, la Méditerranée redevient une mosaïque d’États-nations beaucoup plus repliés sur eux-mêmes (à l'exception de l'Union européenne, mais dont le centre de gravité est plutôt atlantique), et la mer se voit réduite à l'état de simple couloir de circulation, désormais l'une des principales voies de navigation commerciale de la planète, qui voit défiler un quart du trafic commercial et un tiers du trafic pétrolier mondiaux, cependant rarement destinés à ses propres ports4.

Géologie

La mer Méditerranée se divise en deux bassins bien individualisés, séparés par des hauts fonds situés entre la Sicile et la Tunisie : la Méditerranée occidentale5et la Méditerranée orientale6, elles-mêmes nettement compartimentées. La première recouvre une superficie d’environ 0,85 million de kilomètres carrés tandis que la seconde recouvre environ 1,65 million de kilomètres carrés.

La Méditerranée se trouve à la limite entre deux plaques : les plaques africaine et eurasienne. Ces deux plaques se rapprochent à cause de la subduction de la lithosphère océanique de la Téthys, ce qui est à l'origine de collisions continentales. Cela explique la forte activité sismique dans cette région et le volcanisme (VésuveEtnaStromboliSantorin…).

Le fond de la Méditerranée occidentale est constitué d'une lithosphère océanique relativement récente, qui a commencé à se former au Miocène. La Méditerranée orientale est aussi constituée de lithosphère océanique mais d'âge plus ancien datant du Mésozoïque (de l'ère secondaire). C'est le vestige d'un ancien océan : la Téthys. Cette lithosphère océanique ancienne s'enfonce (subduction) sous l'Italie, la Sicile, la mer Égée, ce qui est à l'origine de la remontée du continent africain, mais aussi de l'étirement de la lithosphère dans la mer Égée et le bassin algéro-provençal et la mer TyrrhénienneLes séismes récents en Italie ont pour origine cet étirement de la croûte.

This image, video or audio may be copyrighted. It is used for educational purposes only.
1 year ago
1 year ago
1 year ago